Richard Brunel

Metteur en scène

Après une formation d’acteur à l’École de la Comédie de Saint-Étienne, Richard Brunel crée en 1993 le collectif la Compagnie Anonyme dont il devient metteur en scène en 1995. Basée en Rhône-Alpes, la compagnie est en résidence au Théâtre de la Renaissance (Oullins) de 1999 à 2002. 
Parallèlement, il a plusieurs expériences de comédien-chanteur à l’Atelier du Rhin de Colmar dirigé par Pierre Barrat, et il complète sa formation à la mise en scène auprès de Patrice Chéreau, Alain Françon, Krystian Lupa, Peter Stein, Bob Wilson.
De 2004 à 2007, il est artiste associé au Théâtre de la Manufacture à Nancy. De 2010 à 2019, il est directeur de La Comédie de Valence (CDN Drôme-Ardèche). Ses mises en scène abordent des textes du répertoire (Labiche, Boulgakov, Brecht, Witkiewicz, Gombrowicz, Tourneur, Feydeau, Ibsen), les écritures contemporaines (Sales, Handke, Harris, Balazuc, Slimani, Sedira), des adaptations de nouvelles (Kafka, Maupassant), de correspondances (Sénèque, Pasolini, Proust, Truffaut), des textes philosophiques (Gramsci, Deleuze), poétiques (Blanchot, Genet, Artaud, Guibert) ou scientifiques (Sacks). 
Il met en scène, entre autres, Les Criminels (Bruckner) en 2011 (Prix Georges-Lherminier du Syndicat de la Critique), La Dispute de Marivaux (2014), En finir avec Eddy Bellegueule d’après Edouard Louis (2015), Roberto Zucco de Koltès (2016), Dîner en ville de Christine Angot (2017), Certaines n’avaient jamais vu la mer de Julie Otsuka (2018), Otages de Nina Bouraoui (2019)... 
Sa première mise en scène d’opéra, à l’Opéra de Lyon est Celui qui dit oui/ Celui qui dit non de Kurt Weill et Brecht (2006). Suivront Dans la colonie pénitentiaire de Philip Glass (2009), L’Empereur d’Atlantis de Viktor Ullmann (2012), Le Cercle de Craie de Zemlinsky (2018) ; et sur d’autres scènes : L’Infidélité déjouée de Haydn et Les Noces de Figaro de Mozart au festival d’Aix-en-Provence, Albert Herring de Britten à l’Opéra-Comique et à Rouen (2009), L’Élixir d’amour de Donizetti à Lille et en tournée (2011), Re orso de Marco Stroppa à l’Opéra-Comique et à La Monnaie (2012), Dialogues des carmélites de Poulenc au Stadttheater de Klagenfurt (2015), Le Trouvère de Verdi à Lille, Béatrice et Bénédict de Berlioz à La Monnaie, La Traviata de Verdi au stadttheater Klagenfurt (2017). 
Il mettra en scène Rigoletto à l’opéra de Nancy (2021) et signera la mise en scène de la prochaine œuvre lyrique de Philippe Boesmans, On purge Bébé (d’après Feydeau) à la Monnaie de Bruxelles et à l’Opéra de Lyon (2022).
Il est chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres (2014). En 2019, Richard Brunel est nommé directeur général de l’Opéra national de Lyon où il prendra ses fonctions en 2021.