Le Ballet

Un ballet ouvert sur le monde

Être aux confluences de la création chorégraphique, voilà qui n’est pas anodin lorsqu’on est lyonnais.
Dès son arrivée en 1969 à la tète de l’ "Opéra Nouveau de Lyon", Louis Erlo donne à la danse une place de choix. Pour la première fois, en dehors de Paris, une maison d’Opéra accorde à sa compagnie de ballet des soirées entières consacrées à la danse.
 Dès lors, celle-ci n’a cessé de s’ouvrir à tous les affluents, qu’ils soient fleuves ou rivières, voisins ou lointains, harmonieux ou tumultueux. Mais dans tous les cas, talentueux. Cette vivifiante ouverture au monde, le Ballet de l’Opéra de Lyon l’a vécue d’emblée, avec ses premiers directeurs, l’Italien Vittorio Biagi, puis le yougoslave Milko Speremblek et le né-zélandais Gray Veredon, tous dans la mouvance néo-classique et béjartienne de l’époque. 
Mais c’est Françoise Adret qui, à partir de 1985, va donner à la compagnie une  tournure résolument plurielle. La "mère Adret" à comme l’appellent affectueusement ses danseurs a un œil, du bagout et un solide carnet d’adresses. Surtout, cette Française qui a beaucoup voyagé a pour mission de donner à cette troupe une dimension nationale et internationale. Elle constitue un répertoire sur un double spectre : les grands chorégraphes internationaux encore peu demandés, (et non des moindres, entre Jiří Kylián, Mats Ek, Nacho Duato ou William Forsythe) et la chance donnée à la "jeune danse française" (Mathilde Monnier, Maryse Delente, Angelin Preljocaj)… Dans toute troupe, il y a des temps de grâce mais à Lyon, un moment d’éclat allait changer le cours des choses. En 1985, personne n’imaginait qu’une poupée magique (la Cendrillon de Maguy Marin) ferait faire le tour du monde à la compagnie, avec pas moins de trois tournées aux États-Unis la seule année 1987… Trois ans plus tard, Lyon récidivait en créant la fameuse relecture de Roméo et Juliette par Angelin Prejlocaj. Nouveau défi (c’est, pour le chorégraphe, sa première commande d’importance), et nouvelle pièce mémorable. Les dés étaient jetés…

Lorsqu’en 1991, le Grec Yourgos Loukos alors maître de ballet-directeur succède à Françoise Adret, le pli est pris et se démultiplie jusqu’à aujourd’hui, avec une palette "choré-graphique" d’une grande ouverture d’esprit. Maguy Marin devenue chorégraphe résidente fait encore des étincelles lorsqu’en 1993, elle inaugure le nouvel Opéra de Lyon avec une version déjantée de Coppélia en goguette dans la banlieue lyonnaise. Détours vers l’histoire de la danse, regards sur la danse au présent, visions de ce qu’elle sera demain, pluralité des styles, des âges des chorégraphes, de leurs origines, de leur formation : la force du Ballet de l’Opéra de Lyon, c’est justement de n’avoir pas de spécificité, mais un répertoire extrêmement diversifié revendique Yorgos Loukos. Autant dire que cela attire le public (qui aime la nouveauté) et les jeunes danseurs d’aujourd’hui, adeptes et aguerris aux changements de style. Même les professeurs ne sont pas à demeure, qui changent tous les mois, pour s’interdire toute routine.

Aujourd’hui, la compagnie possède un répertoire de 117 œuvres dont plus de la moitié sont des créations. Lister les chorégraphes venus travailler à Lyon, c’est rappeler l’importance des pionniers de la nouvelle danse française (Mathilde Monnier, Jean-Claude Gallotta) et de leurs jeunes cousins (de Jérôme Bel à Christian Rizzo, Alain Buffard ou Rachid Ouramdane). C’est rejoindre les ténors de la modern dance américaine (Trisha Brown, Merce Cunningham, Lucinda Childs), de l’énergie post-classique (William Forsythe, Benjamin Millepied) et de la "next wave" (comme Otto Ramstad). C’est explorer la musicalité belge (de Keersmaeker) la théâtralité suédoise (Mats Ek), le lyrisme tchèque (Jiří Kylián), la puissance israélienne (Ohad Naharin, Emanuel Gat). C’est habituer son regard aux petits nouveaux (Tania Carvalho, Alessandro Sciarroni, Marina Mascarell..). C’est être… aux confluences d’une danse plus que jamais ouverte sur le monde.
Par Ariane Dollfus, 2017

  • Presto ! Les danseurs du Ballet de l'Opéra de Lyon

  • Jiri Kylian - Bella Figura

  • Carmen

  • Jiri Kylian - One of a kind

Les tournées du ballet

Festival Tanz im August, Berlin (Allemagne) - Du 10 au 12 août 2018  : Trois Grandes Fugues - Lucinda Childs, Anne Teresa de Keersmaeker, Maguy Marin
Stadtschouwburg, Amsterdam (Pays-Bas) - Les 18 et 19 septembre 2018 : Trois Grandes Fugues - Lucinda Childs, Anne Teresa de Keersmaeker, Maguy Marin
Théâtre des Champs-Elysées, Paris  - Du 27 au 30 Septembre 2018 : Cendrillon - Maguy Marin
Théâtre de Nîmes - Les 21 et 22 novembre 2018 - Steptext de William Forsythe, Critical Mass de Russel Maliphant, Petite Mort de Jiří Kylián
DeSingel, Anvers (Belgique) - Du 28 au 30 novembre 2018 : Summerspace, Exchange - Merce Cunningham
Théâtre d'Orléans - 20 et 21 décembre 2018 - Dance - Lucinda Childs
Opéra de Lille - Du 30 janvier au 2 février 2019 - Under a Day de Johan Inger, No more play et Petite Mort de Jiří Kylián
Odyssud, Blagnac - Du 5 au 9 février 2019 - Dance - Lucinda Childs
Teatro rivoli, Porto (Portugal) - Du 14 au 17 février 2019 - Set and Reset/Reset de Trisha Brown, Dance de Lucinda Childs
Teatros del Canal, Madrid (Espagne) - Du 19 au 21 février 2019 - Set and Reset/Reset de Trisha Brown, Dance de Lucinda Childs
Gran Teatre del Liceu, Barcelone (Espagne) - Du 26 au 29 avril 2019 - Bella Figura, Petite Mort, Wings of Wax - Jiří Kylián
L'Espace des arts, Chalon-sur-Saône - Le 10 mai 2019 : Gods and Dogs, No more play, Petite Mort - Jiří Kylián
Théâtre des Gémeaux, Sceaux - Du 17 au 19 Mai 2019 : Dance - Lucinda Childs
MC2, Grenoble - Les 28 et 29 mai 2019 : Summerspace, Exchange - Merce Cunningham 
Montpellier Danse Festival - Le 24 juin 2019 : Summerspace, Exchange - Merce Cunningham