• Le Ballet
  • Danser Encore

Love

Création de Marcos Morau, chorégraphe
Pour Paul Vezin, interprète du Ballet de l'Opéra de Lyon

love1.jpg

« L'esprit croit ce qu'il voit et fait ce qu'il croit, c'est le secret de la fascination » écrivait Antonin Artaud dans Le Théâtre et son double. C'est ainsi que le chorégraphe Marcos Morau, proche du mouvement abstrait et du théâtre physique, entend jouer avec les limites de la perception, aux frontières changeantes de l'imagination. Le danseur Paul Vezin se trouve ici mystérieusement attaché à une boîte en carton, comme on s'accroche à un mensonge, explorant l'apesanteur et l'inconnu. Une tension entre l'objet et le corps, le visible et l'invisible, qui donne à voir une rencontre complexe et, comme chez Artaud, pousse la logique et la raison dans leurs retranchements, au diapason de l'obsessionnel « refrain de l'Aube » de Thom Yorke.

Note d'intention
Cette nouvelle œuvre de Marcos Morau/La Veronal pour l'Opéra national de Lyon joue avec les limites de la perception, l’esprit se perdant dans les frontières de l'imagination. Dans Le Théâtre et son double, Antonin Artaud écrit « L'esprit croit ce qu'il voit et fait ce qu'il croit : c’est le secret de la fascination ».
Le corps du danseur, ici attaché à une boîte en carton d'une manière presque hypnotique et mystérieuse, explore les limites de la pesanteur, de l'inconnu et du jeu, nous montrant jusqu’à quel point il peut être grisant de se perdre dans une simulation ou un mensonge que nous avons créés nous-mêmes.
Le rapport entre l’objet et le corps, entre l’inanimé et le vivant, entre ce que nous ne voyons pas et ce que nous voyons, entre la tension et la force, produit une rencontre complexe qui pousse l'interprète à la lisière de toute logique.

Solo - création juin 2021
Durée : 15 min

Distribution

logosoutenir.svg

Soutenir l'Opéra

Engagez-vous et contribuez à la concrétisation de ses missions et de ses projets