• Saison 2022-2023

Franck Evin

Né à Nantes, Franck Evin commence par accompagner des chanteurs au piano au Café-Théâtre le Connétable, à Paris. Grâce à une bourse du ministère de la Culture, il devient l’assistant du chef éclairagiste de l’Opéra de Lyon, où il travaille notamment avec Ken Russel et Robert Wilson. Il est alors nommé créateur lumière au Schauspielhaus de Dusseldorf, collabore avec Werner Schröter et réalise des projets expérimentaux avec Eberhard Kloke et l’Orchestre symphonique de Bochum dans des friches industrielles de la Ruhr.
Il se produit ensuite à Nantes, Strasbourg, Montpellier, Paris, Lyon, Vienne, Bonn, Bruxelles et Los Angeles. À partir de 1995, il est directeur artistique aux éclairages du Komische Oper de Berlin, alors dirigé par Harry Kupfer, et réalise les éclairages de tous les spectacles de l’institution. Sa collaboration avec Andreas Homoki, Barrie Kosky, Calixto Bieito et Hans Neuenfels le fait connaître sur la scène internationale : il est engagé à Oslo, Copenhague, Tokyo, Amsterdam, Munich, Graz, à la Monnaie de Bruxelles, l’Opéra de Paris, Scala de Milan, Fenice de Venise, l’Opéra des Flandres, etc.
Il a reçu en 2006 un Opus, prix des scènes allemandes, pour les lumières de Così fan tutte (Mozart, mis en scène par Peter Konwitschny). En 2010, la chaîne ZDF Theaterkanal réalise son portrait dans la série Die Theatermacher.
Depuis 2012, il est responsable des lumières à l’Opéra de Zurich que dirige Andreas Homoki. Il travaille ces dernières années à Salzbourg, Bayreuth, Madrid et travaille avec Barrie Kosky à Dijon (Les Boréades, Rameau), Berlin (Les Bassarides, Henze), Salzbourg (Orphée aux Enfers, Offenbach) et Paris (Le Prince Igor, Borodine).
A Zurich, il collabore avec Barrie Kosky pour Boris Godounov (Moussorgski), Nadja Loschky pour Alice au pays des merveilles (Valtinoni), Andreas Homoki pour Simon Boccanegra (Verdi) et Les Contes d’Hoffmann (Offenbach) et Christof Loy pour Capriccio (R. Strauss), et travaillera au côté de Jetske Mijnssen à Amsterdam pour Anna Bolena (Donizetti). À l’Opéra de Lyon et au festival d’Aix-en-Provence, outre les lumières de Falstaff, il a signé celles du Coq d’or.

logosoutenir.svg

Soutenir l'Opéra

Engagez-vous et contribuez à la concrétisation de ses missions et de ses projets