Komm und birg dein Antliz

Ioannis Mandafounis - Yan Leiva

Création de Ioannis Mandafounis, chorégraphe
Pour Yan Leiva, interprète du Ballet de l'Opéra de Lyon

Solo - création septembre 2020
Durée : 9 min

C'est comme une collaboration, davantage qu'une création, que Ioannis Mandafounis a pensé cette pièce confiée à Yan Leiva. Comme un partage aussi : des choses apprises et des secrets de fabrication et outils. Une transmission au fond, dont la réussite éclate avec une rayonnante simplicité à la mesure du 6ème lieder de L'Amour et la vie d'une femme de Schumann. Un jeu surtout qui sublime l'intelligence physique et l'esprit du danseur tout comme son travail de recherche gestuelle. Une pièce que Mandafounis résume simplement, trop heureux d'avoir créé « un solo sur la joie ».

  • © Charlène Bergeat
  • © Charlène Bergeat

Note d'intention
« En lui décrivant une expérience qui m’a profondément transformé dans ma vie et qui pour la première fois n’avait rien avoir avec la danse, mon maître d’art martiaux Akira Hino me répondit avec son accent japonais à couper au couteau. « At beginning, everything same » et il sourit. Une réponse claire et simple, sans chichis ni a priori. Au moment de m’imaginer un solo pour Yan Leiva, cette phrase retentit en moi très fortement. Quelle serait la chose la plus importante et la plus profonde que je pourrais partager avec Yan durant cette création qui ressemble plus à une collaboration qu’à une création pour lui ? Une transformation comme celle que j’ai entreprise il y a longtemps au Japon ainsi qu’un partage de ma longue recherche qui m’a mené au développement d’une méthodologie d’improvisation et de chorégraphie instantanée ? Et si oui pourquoi ?
Suite aux échanges avec Yan, j’ai opté pour un partage de mes connaissances et mes outils les plus précieux, non pas par souci de cohérence, mais par intérêt commun. Des outils qui ne mettent pas uniquement la pièce au centre de la scène, mais le travail de fond du corps et de l’esprit du danseur. Donner la place à son intelligence physique ainsi qu’à sa recherche sont aussi importants dans Un Solo... que la pièce elle-même.
Transgresser la forme chorégraphique scénique pour offrir au public une présence de l’interprète qui fait allusion à sa transparence et non sa capacité à la projeter. Une verticalité à l’image d’un fil à coudre qui pendrait dans le vide prêt à chuter dans le néant à tout moment.
Une justesse dans le geste, le regard, et l’occupation de l’espace sont certains des éléments incontournables de cette méthode. Les partager avec Yan serait un moment joyeux. Alors pourquoi ne pas finalement créer un solo basé sur la joie ? »

Chorégraphie et concept : Ioannis Mandafounis
Collaboration, interprétation et costumes : Yan Leiva
Musique : Robert Schumann, Frauenliebe und -leben Op.42 ; 6. Süsser Freund, du blickest mich verwundert an. Interprété par Jessye Norman et Irwin Gage ℗ 1976 Universal International Music B.V.
Lumières : Yohann Ambert-Fourcade, Ballet de l’Opéra de Lyon