Claus Guth

C.Guth

Formation et débuts : originaire de Francfort, Claus Guth fait ses études à Munich avant de réaliser ses premières mises en scènes à Munich, Mannheim et Hambourg. Il fait ses débuts sur la scène internationale en 1999 avec Chronique du lieu, création de Luciano Berio au Festival de Salzbourg. Il y retourne l’année suivante avec Iphigénie en Tauride (Gluck) et est depuis l’invité régulier du festival, avec des productions comme Zaïde ou la trilogie Da Ponte (Mozart). Répertoire : il met en scène Luisa Miller (Verdi) à l’Opéra de Munich et Le Vaisseau fantôme (Wagner) au Festival de Bayreuth en 2003. Invité régulier de l’Opéra de Zurich, il monte sur cette scène Fierrabras (Schubert), Tristan et Isolde et Parsifal (Wagner). Il met en scène Pelléas et Mélisande (Debussy), Daphné et Le Chevalier à la rose (R. Strauss) à l’Opéra de Francfort ; les trois opéras de Monteverdi, le Messie (Haendel) et Lazarus (Schubert) au Theater an der Wien, La Femme sans ombre (R. Strauss) en co-production avec la Scala de Milan et Covent Garden, etc. Particulièrement remarqué dans le répertoire wagnérien, il monte L’Anneau du Nibelung à l’Opéra d’État de Hambourg et Lohengrin en ouverture de la saison 2013 de la Scala.
Créations : féru de création contemporaine, il met en scène Pnima…Ins Innere (Czernowin) à la Biennale de Munich, Celan (Ruzicka) à Dresde et AscheMOND oder The Fairy Queen (Oehring, d’après Purcell) à l’Opéra d’État de Berlin.
Récemment : Jephta (Haendel) à l’Opéra national des Pays-Bas, Lohengrin (Wagner) à l’Opéra national de Paris, Rodelinda (Haendel) au Teatro Real Madrid, La Clémence de Titus (Mozart) à Glyndebourne, reprise de La Femme sans ombre à l’Opéra d’État de Berlin, Rigoletto (Verdi) à Paris, reprises de Lucio Silla (Mozart) et Tristan et Isolde à Turin, La Bohème (Puccini) à Paris, Saül (Haendel) au Theater an der Wien, La Veuve joyeuse (Lehár) à l’Opéra de Francfort, etc.
Prix : il a reçu par deux fois le prestigieux prix Faust.