KRISTINA BENTZ

k-bentzC’est en Floride à Palm Beach, où elle est née en 1991, que Kristina Benz prend à trois ans ses premiers cours de danse. Après ce galop d’essai, elle s’initie à l’équitation et au patinage, avant de recommencer à danser quatre ans plus tard pour ne plus jamais s’arrêter. Admise à la Juilliard School de New York, elle y entend parler du Ballet de l’Opéra de Lyon, qui présente à ses yeux le double attrait d’un répertoire très ouvert et d’une implantation sur un continent où la danse est culturellement reconnue. Entrée en 2014 dans la compagnie, elle ne l’a pas quittée depuis, appréciant notamment la qualité des relations entre danseurs, tandis que la France devenait sa seconde patrie. Dans son panthéon, Jiři Kylián côtoie William Forsythe - dont elle a repris ici Enemy in the Figure, jadis dansé à New York, ou dans un tout autre registre gestuel, Anne Teresa de Keersmaeker. En parallèle, cette passionnée ne manque pas de se projeter dans l’avenir, en préparant un master de marketing à l’école d’art et de design américaine Parson University.

Born in Palm Beach (Florida) in 1991, Kristina Bentz took her first dance class at the age of 3. After that first try-out, she turned to riding and skating, before coming back to dance four years later and never stopping again. While studying at the Juilliard School in New York, she heard about the Lyon Opera Ballet, whose broad repertoire and European location made it doubly appealing. She joined the company in 2014 and has made France her second home. She says she particularly appreciates the quality of the relationships between the company’s dancers. In her list of all-time greats, Jiři Kylián rubs shoulders with William Forsythe - whose Enemy in the Figure she has danced both here and in New York - and, in a completely different style, Anne Teresa de Keersmaeker. At the same time, this passionate artist is also looking to the future and studying for a master’s degree in marketing at the Parsons School of Design.