Ma première fois à l'Opéra

Contrairement aux idées reçues, l'opéra est destiné à tout le monde : étudiant, retraité, cadre dynamique, employé de bureau, spécialiste, amateur, simple curieux ou même réfractaires provisoires s'y côtoient sans distinction. Bref, les publics ne font qu'un, l'on y vient de partout et les prix sont adaptés à toutes les bourses (à partir de 10€, le prix d'une place de ciné).

Avec qui je viens ?

On ne le dira jamais assez, l'opéra c'est mieux à deux et même à plusieurs. C'est une émotion qui se partage, dont on débat, entre conjoints, amis, collègues de travail ou tout cela à la fois. À défaut, l'opéra peut-être un plaisir solitaire à partager avec le reste de la salle.

Comment je m'habille ?

S'il n'est pas interdit de venir promener son élégance à l'opéra, l'époque est révolue où la queue de pie ou la robe de cocktails étaient de rigueur. Jeans, tee-shirts et pulls à carreaux y sont les bienvenus. L'important c'est d'être bien dans ses baskets. Ou ses mocassins à glands. Chacun est libre.

À quelle heure j'arrive ?

À l'heure, justement. C'est-à-dire, en langage « opéra » : au moins trente minutes avant la représentation. Celle-ci commençant à l'heure exacte indiquée sur le billet, c'est encore le meilleur moyen de ne pas arriver à votre siège stressé et/ou en nage, bref dans de mauvaises dispositions pour apprécier le spectacle. Notre conseil : prenez le temps de prendre votre temps.

Comment je me repère ?

Rien de plus simple : en bas, le parterre, en haut, les balcons. Côté cour (à droite en regardant la scène) les places impaires et côté jardin les places paires. Mais l'Opéra, c'est aussi un Amphi à la programmation propre, situé au niveau -2, et, au niveau parterre de la grande salle, le splendide Grand Foyer, où vous passerez sans doute lors d’un entracte.

Les œuvres sont-elles surtitrées ?

À l'opéra, la langue dans laquelle sont jouées les représentations est toujours indiquée sur la fiche de votre spectacle. Si malgré cela les opéras en allemand ou en italien vous rebutent ou si vous trouvez que, même en français, on ne comprend pas tout, rassurez-vous : les opéras sont toujours surtitrés. Il faudra donc trouver une autre excuse que la barrière de la langue pour vous priver d'opéra.

L'entracte, quesaco ?

Depuis l'époque romaine, l'entracte est au spectacle vivant ce que la mi-temps est au football. L'occasion pour l'auteur de ménager quelques ellipses. Et pour le spectateur de se dégourdir les jambes. Pour connaître leur nombre et leur durée, comme celle du spectacle, consultez la fiche de votre spectacle.

Quelques mots clés pour briller ?

Argument : scénario d'un opéra.

Aria : mélodie vocale ou instrumentale pendant laquelle le personnage exprime ses sentiments et le chanteur son talent de soliste.

Bel Canto : signifiant, « beau chant » en italien, il porte bien son nom, tant ce style de chant très élaboré apparu au XVIIe siècle exige virtuosité vocale et technique irréprochable. Mais pas nécessairement modération.

Colorature : mélodie très élaborée, caractéristique du bel canto italien. L'Air de la Nuit dans La Flûte enchantée de Mozart en est un bon exemple. Désigne aussi par extension l'interprète de ce type d'air : castrats autrefois, sopranos et mezzo-sopranos aujourd'hui.

Finale : dernière partie d'un acte ou d'une œuvre, après laquelle il faut, si tout va bien, applaudir à tout rompre.

Libretto : texte d'un opéra.

Prima Donna : de l'italien « la première dame ». C'est la cantatrice qui tient les premiers rôles. La star du show. Particulièrement depuis que les castrats (alors appelés « primo uomo ») ont disparu. Synonyme de diva (au sens littéral «déesse», au sens figuré « personne qui fatigue son entourage par ses exigences répétées »).

Ouverture : pièce musicale essentielle de l'opéra puisqu'elle en pose les bases. En ouvrant, comme son nom l'indique, l'opéra mais aussi en en exposant les principaux thèmes musicaux de manière spectaculaire. La bonne raison de ne pas arriver en retard.

Singspiel : pièce allemande parlée et chantée touchant à la comédie, équivalente à l'opéra comique et au ballad opéra anglais. Exemple : L'Enlèvement au Sérail de Mozart.

Tessiture : désigne l'étendue des notes qu'un chanteur peut atteindre sans les extrêmes. À ne pas confondre avec l'ambitus qui désigne, évidemment, l'ensemble des notes atteintes, extrêmes comprises.