Cendrillon

Danse

À propos

Les masques grimaçants, costumes grossissants, chevaux de bois, et décor du magasin de jouet de la Cendrillon de Maguy Marin (1985) n’ont pas le temps de prendre la poussière. Le Ballet de l’Opéra de Lyon lui doit le lancement de sa carrière internationale et un succès non démenti dans le monde entier depuis sa création, intervenue quatre ans après la révélation de May B, ses mouvements staccato et sa densité d’intension. Cette Cendrillon de boutique a la férocité des enfants sans renoncer au merveilleux. Si Maguy Marin conserve la trame du livret, elle se joue des codes 
du ballet, par un traitement naïf du vocabulaire académique. 
La démarche malhabile, les déhanchements grotesques empruntent à la gestuelle enfantine. 
Depuis, Maguy Marin va plus loin dans la déconstruction narrative, mais allie toujours sens du rythme, goût pour l’absurdité révélatrice, puissance des images et force des convictions sociales. De Cendrillon à Grossland, 
d’Umwelt à Ha Ha, que fait-elle sinon nous tendre le miroir... nous renvoyer au visage les soubresauts du monde contemporain. 

Distribution

Direction musicale

Mikhail Agrest

Masques

Monique Luyton

Musique

Serge Prokofiev

Séquences sonores additives

Jean Schwartz

Lumières

John Spradbery

Chorégraphie

Maguy Marin

Orchestre de l'Opéra de Lyon

Ballet de l'Opéra de Lyon