Period piece

Jan Martens - Kristina Bentz

Création de Jan Martens, chorégraphe
Pour Kristina Bentz, interprète du Ballet de l'Opéra de Lyon

Solo - création septembre 2020
Durée : 14 min

Retrouver dans un monde bouleversé l' « ancien normal », tout en rêvant d'un monde nouveau et meilleur, c'est la démarche de Jan Martens, dans une pièce dansée qui mêle danse « à l'ancienne » et nouveaux horizons chorégraphiques. En convoquant les Trois danses de Gorecki, le chorégraphe belge invite la danseuse Kristina Bentz à occuper l'espace comme une troupe entière. Manière pour elle d'incarner la lutte de l'être humain pour apprivoiser un monde plus grand que lui. Le tout dans un mélange d'exubérance et de minimalisme, de sérieux et d'absurde où l'esprit importe autant que le corps.

  • © Charlène Bergeat
  • © Charlène Bergeat
  • © Charlène Bergeat

Note d'intention
L’état actuel éveille des sentiments contradictoires : nous avons soif de « l’ancien normal», mais nous espérons aussi un avenir nouveau et meilleur. Period Piece tente de réaliser les deux : se délecter de la danse « à l’ancienne » sur la musique, tout en essayant d’atteindre de nouveaux horizons avec elle. En 1973, Henryk Górecki a composé Trois danses, qui constitue la base musicale de cette chorégraphie. La musique est construite sur de forts contrastes et semble propulsée par diverses influences : des échos du Sacre du Printemps de Stravinsky, du minimalisme et des rythmes folkloriques ouvrent la voie à une danse extravagante dans laquelle l’énergie pulsée va de pair avec un contrôle lent. Sur le plan chorégraphique, cette musique réclame une grande troupe de danseurs, et Kristina se voit donc confier la tâche impossible de s’élever au-dessus de l’immense portée qu’occupe l’orchestre. Ainsi, le solo se veut une métaphore du combat que nous menons en tant qu’êtres humains, en essayant de comprendre et d’apprivoiser des choses bien plus grandes que nous. L’ancien et le nouveau, le sérieux et l’absurde, le minimal et l’exubérant se mêlent dans cette composition qui célèbre les possibilités du corps et de l’esprit humains.
 

Chorégraphie et concept : Jan Martens
Collaboration et interprétation : Kristina Bentz
Musique : Presto, marcatissimo Antoni Wit / Warsaw Philarmonic Orchestra
(Album : Górecki: Concerto-Cantat; Little Requiem for a Certain Polka ; Three Dances – 2012) | Andante cantabile – Tranquillo Antoni Wit / Warsaw Philarmonic Orchestra
(Album : Górecki: Concerto-Cantat; Little Requiem for a Certain Polka ; Three Dances – 2012) | Presto Antoni Wit / Warsaw Philarmonic Orchestra (Album : Górecki :
Concerto-Cantat; Little Requiem for a Certain Polka ; Three Dances – 2012)
Lumières : Rudy Parra, Ballet de l’Opéra de Lyon
Costumes : Les équipes du Ballet de l’Opéra de Lyon