Joël Adam

Joël Adam

Avec Laurent Pelly : il rencontre Laurent Pelly en 1989, et réalise depuis les lumières de la plupart de ses spectacles – en 2013, Les Contes d’Hoffmann (Offenbach) à Lyon et San Francisco, L’Amour des trois oranges (Prokofiev) à Amsterdam, Les Puritains (Bellini) à l’Opéra-Bastille et L’Enfant et les Sortilèges (Ravel) au Festival de Matsumoto ; en 2014, Le Comte Ory (Rossini) à Lyon et Milan et L’Étoile (Chabrier) à Amsterdam ; en 2015, Hänsel et Gretel (Humperdinck) au Teatro Real de Madrid et à l’Opéra de Seattle, Platée (Rameau) à l’Opéra Garnier, L’Élixir d’amour (Donizetti) à l’Opéra-Bastille et Le Roi Carotte (Offenbach) à l’Opéra de Lyon ; en 2016-2017, Le Médecin malgré lui (Gounod) au Grand Théâtre de Genève, Le Coq d’or (Rimski-Korsakov) à la Monnaie de Bruxelles, au Teatro Real de Madrid et à Nancy, Viva la Mamma (Donizetti) à l’Opéra de Lyon et Le Barbier de Séville (Rossini) au Théâtre des Champs-Elysées ; en 2018, Le Roi Carotte à Lille, Le Barbier de Séville au Théâtre du Luxembourg et au Festival d’Edimbourg, Gianni Schicchi (Puccini) à l’Opéra-Bastille, Les Contes d’Hoffmann à Berlin et Viva la Mamma au Grand Théâtre de Genève ; en 2019, Le Barbier de Séville à Bordeaux et Falstaff (Verdi) au Teatro Real de Madrid.
Autres collaborations : il travaille avec Philippe Adrien pour Hamlet (Shakespeare) au Théâtre de la Tempête, Andreï Serban pour L’Avare (Molière) et Le Marchand de Venise (Shakespeare) à la Comédie Française, Sandrine Anglade pour La Mère confidente (Marivaux) au théâtre du Vieux Colombier et Roméo et Juliette (Shakespeare) à l’Opéra de Bordeaux, Robin Renucci pour Mademoiselle Julie (Strindberg) en 2012, Serge Lipszyc pour Don Pasquale (Donizetti) en 2014, Nathalie Nauzes pour Le Temps est notre demeure (Norén) à Toulouse en 2015, Oriane Moretti pour Amok (Cattin) à l’Opéra de Reims en 2016, Jean Daniel Senesi pour une adaptation de Don Giovanni (Mozart) et Serge Nicolaï pour Un domaine où ! (Camar-Mercier) en 2017.