Ian Bostridge

Ian Bostridge étudie le chant à l’École Britten-Pears d’Aldeburgh et l’histoire et la philosophie aux Universités de Cambridge et Oxford. Après son doctorat (1990), il décide de se consacrer au chant ; finaliste des concours Kathleen Ferrier et Richard Tauber, il se perfectionne ensuite auprès de Dietrich Fischer-Dieskau. Il se produit en concert autant qu’en récital – War Requiem (Britten) avec l’Orchestre philharmonique de Londres (Vladimir Jurowski) et la Staatskapelle de Berlin (Antonio Pappano), Les Illuminations (Britten) avec l’Orchestre royal du Concertgebouw et Andris Nelsons, Voyage d’hiver (Schubert) avec Thomas Adès, Les Nuits d’été (Berlioz) avec l’Orchestre symphonique de Seattle et Ludovic Morlot –, collaborant avec de nombreux chefs d’orchestre (Simon Rattle, Colin Davis, Andrew Davis, Seiji Ozawa, Antonio Pappano, Riccardo Muti, Mstislav Rostropovich, Daniel Barenboim, Daniel Harding). En parallèle, il apparaît régulièrement l’opéra : il est Lysandre dans Le Songe d’une nuit d’été (Britten) avec Opera Australia et au Festival d’Édimbourg, Néron dans Le Couronnement de Poppée (Monteverdi) et Tom Rakewell dans Le Viol de Lucrèce (Britten) à Munich, Don Ottavio dans Don Giovanni (Mozart) à Vienne, Tamino dans La Flûte enchantée (Mozart), Aschenbach dans La Mort à Venise (Britten) et Jupiter dans Sémélé (Haendel) à l’English National Opera, Peter Quint dans Le Tour d’écrou (Britten), Caliban dans La Tempête (Adès) et Don Ottavio à Covent Garden, la Folle dans Curlew River (Britten) au Barbican de Londres et à New York, Peter Quint à la Scala de Milan, il chante Jephté (Haendel) à l’Opéra national de Paris, etc. Ses nombreux enregistrements ont été récompensés de divers prix internationaux – La Belle meunière (Schubert) avec Graham Johnson (Gramophone Award 1996), Tom Rakewell dans The Rake’s Progress (Stravinsky) avec John Eliot Gardiner (Grammy Award 1999). En contrat avec Warner Classics, il enregistre des lieder de Schumann et Schubert (Gramophone Award 1998), des mélodies anglaises et lieder de Henze avec Julius Drake, Our Hunting Fathers (Britten) avec Daniel Harding, Idoménée (Mozart) avec Charles Mackerras, Le Journal d’un disparu (Janáček) avec Thomas Adès, des lieder de Schubert avec Leif Ove Andsnes, Mitsuko Uchida et Antonio Pappano, des mélodies avec orchestre de Britten avec l’Orchestre philharmonique de Berlin et Simon Rattle, des lieder de Wolf avec Antonio Pappano, des cantates de Bach avec Fabio Biondi, des airs de Haendel avec Harry Bicket, Le Tour d’écrou (Gramophone Award 2003) et Billy Budd (Britten, Grammy Award 2010), La Tempête (Adès, Gramophone Award 2010). Ses disques récents comprennent un récital Schubert avec Julius Drake (Wigmore Hall Live), des mélodies d’après Shakespeare (Grammy Award 2017) et Requiem: The Pity of War avec Antonio Pappano (Warner Classics). Récemment, il s’est produit en tournée européenne avec le pianiste de jazz Brad Mehldau, a donné une série de récitals au Japon, à Hong Kong et en Corée et chanté dans une création de James MacMillan avec l’Orchestre symphonique de Londres pour le centenaire de la Grande Guerre. Cette saison, il chantera Mort à Venise au Deutsche Oper de Berlin, Bajazet (Haendel) avec l’Orchestre philharmonique de Moscou, etc. Son livre Le Voyage d’hiver de Schubert ; anatomie d’une obsession, publié en 2014, a remporté le Pol Roger Duff Cooper Prize 2016.