Dominique Bruguière

Lumières

dominique bruguièreDébuts : Dominique Bruguière commence sa carrière avec Claude Régy, construisant pour lui une écriture de l’ombre et de la lumière : Les Soldats (Lenz), La Mort de Tintagiles (Maeterlinck), Quelqu’un va venir (Fosse).
Collaborations : au théâtre comme à l’opéra, elle croise des artistes de renommée internationale - dont Robert Carsen, Werner Schroeter, Deborah Warner, Peter Zadek, Youssef Chahine, James Ivory, Jorge Lavelli ou Emma Dante. Elle collabore avec Luc Bondy - aux Wiener Festwochen et à l’Odéon : Les Beaux Jours d’Aranjuez (Handke), Le Retour (Pinter), Les Fausses Confidences (Marivaux), Tartuffe (Molière). Elle accompagne Patrice Chéreau dès 1991, à l’opéra comme au théâtre : Le Temps et la chambre (Botho Strauss), Wozzeck (Berg) au Châtelet, Don Giovanni (Mozart) au Festival de Salzbourg, Phèdre (Racine), Rêve d’automne (Fosse), I’m the wind (Fosse) et Elektra (R.Strauss) au Festival d’Aix-en-Provence et à la Scala de Milan. Elle collabore avec divers chorégraphes : Karole Armitage, Catherine Diverrès, Jean-Claude Gallotta, Nicolas Le Riche, Angelin Preljocaj, etc.
Opéra : Don Carlos est sa quatrième collaboration avec Christophe Honoré – Dialogue des Carmélites (Poulenc), Pelléas et Mélisande (Debussy), Cosi fan tutte (Mozart) – et sa sixième création à l’Opéra de Lyon.
Récompenses : Prix de la critique pour Pelléas et Mélisande (2004), Quelqu’un va venir (2000) et Variations sur la mort (Fosse) ; Molière 2003 du meilleur créateur lumière pour Phèdre et Molière 2011 pour Rêve d’automne (mises en scène de Patrice Chéreau).
Écrits : elle a publié Penser la lumière chez Actes Sud dans la collection « Le temps du Théâtre » (2017).