© Aurore Vinot

Sofiane Saidi & Mazalda

de 18€ à 22€

Opéra Underground

Raï Cosmique

  • Amphi de l’Opéra
  • 1h30mn
  • 21:00

À propos

Le Raï n’a jamais vraiment eu sa chance… Musique trop rapidement étiquetée « communautaire », elle est passée en un temps éclair des cassettes lo-fi de Barbès aux productions trop léchées des années 90. La magnifique collaboration entre le groupe lyonnais Mazalda et le chanteur algérien Sofiane Saidi est loin d’être un hommage nostalgique. Leur musique est une réinvention qui allie les envolées lyriques des grands chanteurs oranais à des arrangements qui osent les expérimentations inattendues mais toujours pertinentes. Leur premier disque, El Ndjoum, s’est déjà fait une place au panthéon des meilleurs disques 2018 – et leurs concerts sont des marathons de pure énergie.  

« On croyait le grand raï mort avec le déclin de Khaled, Cheb Mami et con¬sorts, dans le meilleur des cas réduit à quelques performances vocodées dans les boîtes à chicha des périphéries urbaines. Et voilà qu'il renaît par la voix rauque et enfumée d'un quadragénaire parisien originaire de Sidi Bel Abbès, en Algérie. Trois ans après El Mordjane, disque déjà prometteur, Sofiane Saidi est de retour, accompagné cette fois par Mazalda, un groupe de musiciens lyonnais avec lequel il a déjà électrisé les scènes françaises. En studio, guitares rock et synthés analogiques aux tournures mélismatiques invitent à tournoyer sous les étoiles (el ndjoum en arabe), sur un groove vintage mouillé d'une réverbe intimiste et chaleureuse, qui rappelle moins le raï des années 1990 que celui de la décennie précédente. Car, au-delà de la fête, plus cosmique que stroboscopique, Sofiane Saidi renoue surtout avec l'âpreté des origines, mélangeant batterie et derboukas, flûte électronique et flûte de roseau traditionnelle. Adaptées de vieux morceaux raï, ses chansons suintent le blues, celui que les bergers noyaient autrefois dans la bouteille sous les oliviers. La reprise du Saïda de Cheikha Rimitti qui clôture le disque -un chant de l'exil lancinant - donne des frissons. » Télérama
 
« Il était une fois Mazalda, un collectif de musiciens bigrement excitants, amoureux des musiques traditionnelles du monde (Huayno, chaabi ...) et adeptes des musiques hybrides débridées. Passionnés par les productions inspirées de Rachid Baba Ahmed, ils explorent le raï à leur façon. Enivrés par le chant viscéral du chanteur originaire de Sidi Bel Abbès, Sofiane Saidi, ils l'invitent à venir se frotter à leur curiosité artistique. Ce dernier, séduit par leur son « psyché cosmique » nourri au raï du désert, pressent que leurs urgences respectives peuvent se rejoindre. Au fil des semaines, la rencontre débouche sur un désir d'union. Le travail du répertoire se fait de manière collégiale. Les musiciens apportent les compositions et Sofiane Saidi, des textes nouveaux. Et c'est parti pour le meilleur... » FIP
 

  • TRISINTI

  • El Ndjoum

  • Ya Mimouna Dyaf Rabi

Distribution

chant

Sofiane  Saidi

derbouka, gallal

Moncef Besseghir

saz,  guitare électrique

Stéphane Cézard

batterie, pad électroniques 

Yann  Lemeunier

saxophone alto, sax électronique, chant

Julien Lesuisse

bugle

Gilles  Poizat

synthétiseur basse, Roland SH-2

Adrien  Spirli

clavier oriental, Korg MS20

Lucas  Spirli

Ma soirée

  • Première fois à l’Opéra

    Comment je m’habille ? À quelle heure j’arrive ?
  • Bars et restauration

    Avant le spectacle, et même pendant l'entracte, il est toujours temps à l'opéra de s'offrir un petit plaisir culinaire.

Vos rendez-vous autour du spectacle

  • Opéra Underground
    Conférence : D'Oran à Lyon, le Raï entre deux rives
    "Les musiques portuaires"

    Gratuit