© Marc-Antoine Serra

Rachid Taha

de 15€ à 45€

Concert Underground

20 ans de Diwan

  • Grande salle de l'Opéra

Avec les cordes de l’opéra de Lyon et la participation de Steve Hillage. 

  • 20:00

À propos

Rachid Taha célèbre son album phare, Diwan, qui, il y a 20 ans, créait un pont entre la musique des premières générations d’émigrés maghrébins et leurs enfants - entre le rock et le châabi, le français et l’arabe, les jeunes et leurs parents, le présent et l’histoire. 


Rachid Taha, cosmopolite enraciné dans les terreaux de France et d’Algérie a su créer, au cours de ses plus de trente ans de carrière, un univers musical aux résonances transnationales. A Oran, où il a grandi jusqu’à l’âge de dix ans, Rachid a absorbé la multiplicité des musiques présentes dans cette ville carrefour du Maghreb : châabi,  wharani et raï traditionnel -  sans oublier la musique égyptienne,  Elvis et les bandes sons des films Bollywood.
Dans les Vosges, où il s’installe avec ses parents, Rachid découvre l’exil, le rock, et une adolescence française. 
C’est à Lyon que se forme sa personnalité artistique. Il y découvre l’approche globale de groupes comme les Clash et forme Carte de Séjour en 1981, dont le premier album est produit par le légendaire Steve Hillage. La nouveauté d’un groupe de rock français chantant en arabe et la reprise de Douce France de Charles Trenet  du groupe un succès immédiat. 

Diwan, sorti en 1998, est composé pour beaucoup de reprises de chansons qui chroniquent l’immigration en France. L’album a su moderniser et universaliser le message d’une génération d’immigrés qui chantaient cette poésie de l’exil et de la nostalgie qui est au coeur de l’expérience humaine.

  • Ya Rayah

Pourquoi on aime

Diwan est une habile mise en collision du rock occidental et de la tradition maghrébine.

Pourquoi on aime

Cet album majeur est ici rehaussé des cordes de l'Orchestre de l'Opéra de Lyon.

Ma soirée

  • Première fois à l’Opéra

    Comment je m’habille ? À quelle heure j’arrive ?
  • Bars et restauration

    Avant le spectacle, et même pendant l'entracte, il est toujours temps à l'opéra de s'offrir un petit plaisir culinaire.