Alessandro Sciarroni / Marina Mascarell

Danse

Ballet de l'Opéra de Lyon

Dans le cadre de la Biennale de la danse

À propos

Deux talentueux chorégraphes venus d’ailleurs, figures émergentes de la danse contemporaine, lancent la saison du Ballet de l’Opéra de Lyon. Un double pari stimulant d’ouverture et de découverte

Entrant de plain-pied dans la création d'aujourd'hui, Alessandro Sciarroni et Marina Mascarell incarnent une certaine avant-garde européenne, ancrée en Méditerranée. Le premier vient du milieu des arts performatifs et s'intéresse de près à la dramaturgie comme objet de recherche. Avec les danseurs du Ballet de l'Opéra, l'artiste italien poursuit son questionnement autour de la giration puisque cette pièce s'inscrit dans un projet au long cours intitulé « Turning », dont trois versions ont déjà vu le jour. Autour du corps qui tourne sur son axe, il explore les états de métamorphoses.

Marina Mascarell, jeune espagnole installée à La Haye, s'empare de la question du féminisme, à partir de sources littéraires et cinématographiques. Cette ancienne danseuse du Nederlands Dans Theater, encore méconnue en France, crée une danse qui ne s'intéresse pas à la forme pure, mais à l'individu.
 

[scald=4169:sdl_editor_representation]

Le Diable bat sa femme et marie sa fille

Chorégraphie et décor

Marina Mascarell

Assistant chorégraphe

James O'Hara

Musique

Nick Wales

Costumes

Daphna Munz

Lumières et vidéo

Loes Schakenbos

Ballet de l'Opéra de Lyon

TURNING_motion sickness version

Chorégraphie

Alessandro Sciarroni

Assistantes chorégraphe

Marta Ciappina

Assistantes chorégraphe

Elena Giannotti

Musique

Yes Sœur ! (Alexandre Bouvier et Grégoire Simon)

Costumes

Ettore Lombardi

Lumières

Sébastien Lefèvre

Ballet de l'Opéra de Lyon