Fado

Amphi Concert

Katia Guerreiro

  • Grande salle de l'opéra

À propos

Até ao fim

Katia Guerreiro  - chant
Joao Veiga - guitare classique (viola) 
Luis Guerreiro - guitare portugaise 
Pedro de Castro - guitare portugaise
Francisco Gaspar - guitare acoustique basse 

C’est un don : Katia Guerreiro soigne les meurtrissures de l’âme comme elle panse les plaies du corps. À trente-cinq ans, la Portugaise poursuit une carrière en double : médecin spécialisée en ophtalmologie le jour et chanteuse dédiée au fado la nuit. Entre ses deux passions, la jeune femme grandie dans les Açores a choisi de ne pas choisir. Depuis douze ans, et le succès de l’album Fado Maiaor qui la révéla aux oreilles du monde entier, Katia Guerreiro incarne mieux que tout autre la voie originelle du fado, le cercle des rigoureux amateurs l’ayant adoubée, jusqu’à la comparer à l’incomparable Amalia Rodrigues. Mais plus que la lettre, c’est l’esprit qu’elle a retenu de cette référence majuscule : une spiritualité à chaque ligne, d’une phrase exacerbée à des confidences chuchotées, des textes ancrés dans cette tradition, des histoires d’amour qui finissent mal, ces maux bleus qui raisonnent du plus subtil écho. Ceux de l’intranquille Fernando Pessoa, du plus contemporain António Lobo Antunes, deux des poètes lisboètes qu’elle a visités. Les yeux fermés, les mains nouées derrière le dos, Katia Guerreiro en offre pourtant une version qui transcende les clichés du genre, osant même ouvrir les horizons en conviant des artistes tels que le sambiste Martinho Da Vila et la diva Amina Alaoui. La saudade brésilienne comme le tarab marocain rappelle le destin tragique du fado, sujet à de longs blues atemporels.