Richard Strauss

Concert

Kazushi Ono & l'Orchestre de l'Opéra de Lyon

À propos

Richard Strauss était un véritable sorcier de l’orchestration. Cet autre maître du détail orchestral qu’est Kazushi Ono pourrait bien nous démontrer que c’est peut-être dans ses pages pour petits effectifs que l’imagination fantasque du compositeur bavarois a atteint ses plus hautes réussites.

Au-delà de son amour pour la voix féminine, Richard Strauss est aussi passé à la postérité pour sa science de l’écriture instrumentale. Ne prétendait- il pas pouvoir décrire en musique les frissons de la mousse de la bière au moment où on remplissait la chope ? Cet artisanat superbe, il l’étale jusqu’au paroxysme dans les excès de ses opéras et en joue dans un mélange de splendeur et d’ironie tout au long de ses poèmes symphoniques. Mais ce côté franchement ludique s’épanouit aussi dans les pages écrites pour des effectifs chambristes. Tel l’orchestre Mozart de la suite du Bourgeois Gentilhomme, tirée de la musique composée pour illustrer la pièce de Molière, qu’il voulait faire représenter en même temps qu’un opéra qui deviendra Ariane à Naxos. L’environnement se resserre encore dans les méandres rêveurs du savoureux concerto pour hautbois. Et les Métamorphoses pour cordes nous entraînent, dans la même oppressante clarté, au centre d’une polyphonie dense et tragique.

© Stofleth

Distribution

Direction musicale

Kazushi Ono

Hautbois

Frédéric Tardy