Lulu

Opéra

Alban Berg

Opéra en trois actes, 1937
Orchestration du 3e acte complétée
par Friedrich Cehra
Livret du compositeur d'après
L'Esprit de la Terre et La Boîte de Pandore de Frank Wedekind
En allemand

Nouvelle production 

À propos

L'histoire

Ca commence comme au cirque. Une grosse caisse, un clown, un dompteur qui invite le public à venir admirer ses animaux : le tigre, l’ours, le ouistiti, le chameau, le crocodile… et le serpent — une femme : Lulu : “créée pour attirer, séduire, empoisonner, et pour tuer”. Lulu (prononcer Loulou) : jeune femme dont on ignore le passé les origines: modèle, artiste de musichall, femme du monde… Mais une femme libre de toute hypocrisie sociale, un peu comme Carmen: “Je n’ai jamais voulu en ce monde paraître autre chose que ce pour quoi on me prenait.” Elle est l’épouse d’un professeur de médecine — qui meurt d’une crise cardiaque; puis d’un peintre — qui se suicide en se tranchant la gorge… “Bien sûr, on pourrait composer sur elle un opéra intéressant. Première scène: le professeur de médecine… Ça commence mal ! Deuxième scène : le peintre… Encore pire ! Troisième scène : fautil vraiment que ça continue ?“. Berlin — ou Vienne —, Paris, Londres : de ville en ville, Lulu parcourt un chemin marqué d’amour et de violence.

Et ça continue, avec Ludwig Schön, magnat de la presse et de la finance — un homme honorable qui se débat dans sa passion pour Lulu : il la méprise et l’aime passionnément, il se méprise de l’aimer et la déteste parce qu’il l’aime… Elle l’assassine de cinq coups de revolver.

En prison, évadée, en fuite, Lulu échoue à Londres avec quelques compagnons de misère dont Alwa, le fils de Schön, devenu son mari; et la comtesse Geschwitz, amoureuse d’elle. Elle se prostitue pour vivre, pas longtemps ; au soir de son premier jour de travail, elle meurt sous le couteau de Jack l’Eventreur…