A double face

Danse

John Jasperse

À propos

Le corps est le lieu où peuvent éclore toutes sortes de possibilités et de rêves."*
La danse de Trisha Brown, qui semble libérée des soucis de la pesanteur, cache – sous l’apparente décontraction des danseurs – une complexité de combinaisons, de changements de direction qui aboutissent à la multiplication de figures aux enchaînements si souples qu’on les dirait improvisées. Une fluidité ludique que la chorégraphe (après avoir déjà confié Newark et Astral Converted au Ballet de l’Opéra de Lyon) exploite notamment dans son œuvre maîtresse Set and Reset (1983), qu’elle reprend spécialement pour la compagnie, dans un nouvel environnement scénographique (d’où ce second “reset” qui vient s’ajouter au titre). Tout comme son aînée, mais d’une façon plus radicalement “minimaliste”, John Jasperse déplace le regard sur l’occupation de l’espace, multiplie les points de vue pour une fluctuation de la perception des spectateurs, dans à double face, repris cette saison. Ce programme “américain” accueille aussi – pour une création – une nouvelle venue, Sarah Michelson (née en Angleterre, mais travaillant à New York), qui pousse encore plus loin la danse vers un art conceptuel et interdisciplinaire, bousculant les formes traditionnelles de la représentation.
*Trisha Brown

Distribution

Ballet de l'Opéra de Lyon

Musique

Michael Floyd

Chorégraphie, décors, et costumes

John Jasperse