Accessibilité et handicap Accès au contenu

Le Vaisseau fantôme

Opéra

Le Vaisseau fantôme

Richard Wagner

Du 11 au 26 octobre 2014

Der Fliegende Holländer
Richard Wagner
Opéra romantique en 3 actes, 1843
Livret du compositeur
En allemand

En coproduction avec l’Opéra de Bergen, l’Opera Australia et l’Opéra de Lille

NOUVELLE PRODUCTION

Opéra romantique et ardent par excellence, l’œuvre de Wagner est la quatrième mise en scène d’Alex Ollé à Lyon, vision choc, contemporaine, novatrice et inventive, dans la tradition des spectacles de la Fura dels Baus. Elle est dirigée par le chef permanent de l’Opéra de Lyon, Kazushi Ono.

L’HISTOIRE
Le capitaine hollandais a blasphémé dans la tempête au passage d’un cap périlleux : « je n’abandonnerai pas, même s’il me faut naviguer jusqu’au Jugement dernier. » Depuis, pris au mot par Dieu – ou par le Diable – il erre sans repos sur les mers du globe, avec son équipage. Cependant, tous les sept ans, il a droit d’accoster pour trouver une femme qui lui soit fidèle : alors la malédiction cessera, alors il trouvera le repos. Mais pour l’heure, il a toujours échoué dans sa quête...
Cette légende, Senta – la fille du marin Daland – y croit avec toutes les forces de sa jeunesse et de son imagination. Et quand la légende s’incarne, quand Senta rencontre le Hollandais, elle est prête. Coup de foudre, promesses d’union ; puis malentendu et soupçons : une fois de plus le Hollandais pense avoir échoué mais Senta se jette dans la mer, prouvant sa fidélité. Le vaisseau fantôme s’engloutit avec son équipage. Le Hollandais est enfin arrivé à son port.
Musicalement, Le Vaisseau fantôme, c’est d’abord une urgence installée dès l’ouverture, peut-être la plus fameuse de Wagner, et qui ne lâche pas le spectateur jusqu’au final tragique, sorte de course à l’abîme dictée par un Hollandais pressé de conclure et une jeune fille pressée d’aimer. Au service de cette tension, Kazushi Ono dont on a entendu à Lyon Parsifal, testament musical du maître de Bayreuth, et qui cette fois se plonge aux origines de la musique de l’avenir, avec une distribution dominée par Simon Neal, un Hollandais au timbre de velours, Falk Struckmann, l’un des phares du répertoire wagnérien, et Magdalena Anna Hofmann, que les Lyonnais connaissent bien pour l’avoir applaudie dans plusieurs productions, et qui marqua les mémoires dans Erwartung en 2012 (toujours avec Alex Ollé et la Fura dels Baus) par une hallucinante composition.

Pour aller plus loin : visitez la page dédiée au spectacle sur le site du Cercle Richard Wagner de Lyon

Dossier de presse

Programme Vaisseau fantôme

LES NUITS FANTÔMES 
Visite de l’Opéra à la lampe torche après le spectacle
Les 22 et 24 octobre
Offert aux spectateurs, sur réservation au guichet et au 04 69 85 54 54

Distribution

Voir la distribution complète