Accessibilité et handicap Accès au contenu

Lady Macbeth de Mzensk

Opéra

Lady Macbeth de Mzensk

Dimitri Chostakovitch

Du 23 janvier au 6 février 2016

Lady Macbeth de Mzensk
Liedi Makbiet mtsenskovo ouïezda
Dimitri Chostakovitch
Opéra en quatre actes, 1934
Livret du compositeur et d’Alexandre Preis, d’après Nikolaï Leskov

En russe

En coproduction avec l’English National Opera

L’histoire
Lady Macbeth du district de Mzensk ou plus simplement Lady Macbeth de Mzensk est inspiré du roman homonyme de Nikolaï Leskov et raconte l’histoire de Katerina, une femme mal mariée, au fin fond de la Russie, seule, harcelée par son beau-père Boris, et qui tombe amoureuse d’un employé de son mari, Sergueï. Elle finit par empoisonner Boris qui a découvert leur liaison, puis étrangle avec l’aide de Sergueï son mari Zynovy qui les a surpris. Le corps dissimulé dans la cave, ils s’apprêtent à se marier quand le cadavre est découvert. Les amants sont arrêtés et condamnés au bagne en Sibérie. Pendant le trajet Sergueï reproche amèrement à Katerina d’être responsable de la situation. Il courtise une jeune fille qui se donne à lui pour une paire de bas qu’il réclame à Katerina. Celle-ci entraîne alors la fille dans le fleuve où elles se noient toutes les deux.

Histoire de meurtre ? 
Histoire de femme ?

Une histoire de frustration qui conduit au meurtre, où on oublie le meurtre pour plaindre la femme… Chostakovitch dans son opéra a effacé du roman ce qui pouvait nuire à l’adhésion du public à son héroïne, peut-être plus proche d’une Emma Bovary qu’une Lady Macbeth. C’est en effet une histoire née dans un lointain district de la Russie profonde, où la femme est soumise aux oukases des hommes, objet de mépris et de désir, mariée à un homme probablement impuissant. Chostakovitch, dont le propos était d’écrire une trilogie sur la femme russe qui se serait terminée en ode-apothéose à la femme soviétique, renoncera à cause 
de l’accueil glacial de Staline qui peut-être écrivit l’article qui donna le coup de grâce à la carrière de l’œuvre. Créée avec succès en 1934, elle disparaît en effet des scènes russes, pour réapparaître dans une version remaniée à Moscou en 1962 sous le titre de Katerina Ismailova. Elle n’est jouée régulièrement sur les scènes mondiales que depuis les années 1980, à la faveur de la Chostakovitch-renaissance.
Le metteur en scène russe Dmitri Tcherniakov, l’un des phares de la mise en scène d’aujourd’hui, en a proposé une lecture à Düsseldorf, où la version originale fut jouée pour la première fois en 1959, qu’il va remanier profondément pour les représentations lyonnaises : il lit cette histoire comme celle d’une femme d’ailleurs, qui se retrouve dans un univers étranger, enclose dans un décor unique où elle accumule frustrations et violence rentrée. La rencontre avec Sergueï en fait une sorte de possédée qui la conduit au meurtre. Kazushi Ono, grand spécialiste de ce répertoire, dirigera Vladimir Ognovenko, John Daszak le ténor dramatique pour Sergueï, Peter Hoare, un des meilleurs ténors de composition du jour pour Zynovy et Katerina sera confiée à l’incandescente Ausrine Stundyte dont la prise de rôle en 2014 à Anvers a stupéfié critique et public.

 

Le Synopsis

Programme Lady Macbeth

Lady Macbeth De Mzensk

Dossier de presse