Accessibilité et handicap Accès au contenu

Idoménée

Opéra

Idoménée

Wolfgang Amadeus Mozart

Du 23 janvier au 6 février 2015

Idomeneo, rè di Creta
Wolfgang Amadeus Mozart
Dramma per musica en trois actes, 1781
Livret de Giovanni Battista Varesco
En italien

En coproduction avec le Royal Opera House de Londres et l’Opéra des Flandres

Nouvelle production

Ce premier des grands opéras de Mozart ouvre sa période créatrice. Il pose les fondements d’un parcours qui conduira à La Flûte enchantée. Pour l’explorer, Gérard Korsten, directeur musical des London Mozart Players, fidèle de l’Opéra de Lyon, et Martin Kušej, référence de la mise en scène en Europe.

L'Histoire
Après la guerre de Troie qu’il a faite aux côtés des Grecs, le roi Idoménée vogue vers son royaume de Crète où son fils Idamante a maintenu le pouvoir en son absence. Ilia, fille du roi de Troie, fait partie des prisonniers troyens en Crète. Lors du naufrage du navire qui l’emmenait, elle a été sauvée par Idamante ; un amour est né, presque impossible, entre deux enfants de nations ennemies ; amour jalousé par Electre, fille d’Agamemnon et passionnément amoureuse d’Idamante. tempête sur le navire d’Idoménée. Neptune a sauvé le roi à condition qu’il lui sacrifie le premier être humain qu’il rencontrera à terre : ce sera Idamante. Idoménée veut se dérober à son devoir, il tente d’éloigner son fils. Chargé par le dieu de rappeler sa promesse au roi, un monstre marin dévaste l’île. Idamante le tue. tout cela en vain, le sacrifice va devoir s’accomplir. Mais au dernier moment, une voix se fait entendre, comme un oracle : Idamante régnera, Ilia sera sa reine. L’harmonie se rétablit : Idoménée abdique, le peuple chante la paix reconquise.

C’est dans un espace clos et géométrique, une boîte à peine ouverte sur un extérieur entrebâillé ou labyrinthique, conçu par la décoratrice Annette Murschetz, que Martin Kušej coince les personnages face à la volonté divine, sans fuite possible sinon vers la mort. C’est la musique de Mozart qui fera céder Neptune et libérera la douce Ilia (Elena Galitskaya) et Idamante (Kate Aldrich) promis au sacrifice. Après son succès dans Flamand (Capriccio) la saison dernière, Lothar Odinius chante Idomeneo qui exige à la fois vaillance et douceur, souplesse et énergie, élan et contrôle : un rôle tout en contrastes qui le rendent si difficile à interpréter et dont la complexité passionnante ne peut que stimuler et nourrir la curiosité.

Le Programme

Le Dossier de presse