Accessibilité et handicap Accès au contenu

Florian Cafiero

florian-cafiero-285.jpg

Ténor

Formation : Florian Cafiero débute le chant lyrique à l’âge de 13 ans, avec Hervé Caresmel, à La Rochelle et Bordeaux. Après une interruption le temps d’un cursus à l’École Normale Supérieure puis à l’École Polytechnique, il étudie le chant à l’Université Lyrique du CNIPAL puis à l’Académie Sir Georg Solti, où il suit notamment les enseignements d’Angela Gheorghiu et Richard Bonynge. Il se perfectionne auprès de José Cura, Vladimir Chernov, June Anderson ou Ruggero Raimondi.
Répertoire : il est Ferrando (Cosi fan tutte, Mozart) à la Monnaie de Bruxelles, Don José (Carmen, Bizet) à l’Opéra d’Etat de Vladivostok, Wilhelm Meister (Mignon, Thomas) et Riccardo (Un bal masqué, Verdi) à l’Opéra de Rennes, l’Attaché Militaire (L’Aiglon, Honegger et Ibert) à l’Opéra de Tours, Pinkerton (Madame Butterfly, Puccini) au Théâtre Silvain de Marseille, Alfredo (La Traviata, Verdi) à l’Espace Pierre Cardin, Gilbert (La Villa Médicis, Jules Mazellier), production du Palazzetto Bru-Zane…
Récemment : Fernando (La Favorite, Donizetti) à l’Opéra de Rennes, Andrès, Cochenille, Frantz et Pittichinaccio (Les Contes d’Hoffmann, Offenbach) au Teatro Municipale di Piacenza, au Teatro Comunale Luciano Pavarotti de Modène et au Teatro Valli de Reggio-Emilia, Gustave (Pomme d’Api, Offenbach) à Aix-les-Bains et à l’Opéra de Rennes, le Remendado (Carmen, Bizet) et Mademoiselle Poiretapée (Mesdames de La Halle, Offenbach) à l’Opéra de Lyon, Pâris (La Belle Hélène, Offenbach) avec Véronique Gens au Grand Théâtre de Genève…
À venir : Hamlet (Thomas) à Marseille, Lohengrin (Wagner) à Montpellier, création de David Chaillon (Little Nemo) à Nantes, Angers et Dijon, etc.
En concert : récital à l’Opéra National de Bordeaux, à l’Opéra National de Lorraine, au Théâtre des Bouffes du Nord, au Festival Pablo Casals, aux Chorégies d’Orange.
Récompenses : il est lauréat du Concours des Amis du Grand-Théâtre de Bordeaux, du Concours international des Châteaux du Médoc et est nommé Révélation
Classique de l’année 2012 par l’ADAMI.